Maintenant que nous avons nos quatre catégories principales bien en tête, il faut savoir qu’il y a évidemment des exceptions qui confirment la règle, surfant entre différents types, à cheval entre deux états. Par exemple, certains documentaires sont si proches d’un reportage (ou l’inverse) que la frontière qui les sépare n’est plus si distincte que ça, même pour des professionnels chevronnés. Il en va de même pour bien d’autres projets hybrides, croisements entre différentes catégories prédéfinies qui donnent parfois naissance à un tout autre style, à une catégorie spéciale qui n’existe que pour eux.

En ce qui nous concerne, un type de vidéo hybride nous intéresse tout particulièrement. Il s’agit des vidéos qui vendent des produits ou des services par la transmission d’un savoir ou d’une expérience. En soit, il s’agit d’une sorte de Mini Doc – Publicitaire avec un soupçon de court métrage en plus. Formation, publicité et divertissement. Un savant mélange du meilleur de ces trois catégories pour fournir un produit qui s’éloigne des archétypes par une forte créativité et une grande originalité.Chez Tribann, nous les appelons PUBLICITES PEDAGOGIQUES. Là où la publicité seule promeut une solution et où la formation transmet des informations, la publicité pédagogique s’intéresse de près à une problématique sous forme d’histoire documentée et divertissante, d’où découlent de façon très fluide un savoir particulier et une solution adaptée. Un documentaire fictionnalisé donc, qui prône l’usage de vos services.

Ce produit est particulièrement efficace. Non seulement parce que vos services répondent justement à la problématique mise en scène, mais aussi parce que vous avez partagé un savoir et transmis des informations utiles en bon intelligence avec vos cibles.

Un aspect particulier de cette vidéo est quelle demande des préparatifs tant créatifs que documentés. Cette phase de documentation peut se mener de deux façons différentes, qui peuvent se compléter par ailleurs.

La première possibilité, c’est de partir de votre expertise. Vous connaissez des cas spécifiques ou des situations particulières suffisamment intéressantes pour mettre votre problématique en exergue. Votre prestataire pourra vous proposer son aide et son expérience pour l’écrire de la façon la plus juste en langage vidéo mais le ciment viendra de vos propres connaissances.

L’autre perspective, c’est de faire un travail de documentation. Votre prestataire va alors faire appel à des compétences journalistiques et d’investigation pour proposer différents scénarios qui pourront contribuer à mettre en avant vos services et votre crédibilité. C’est un coût supplémentaire qui n’est pas à négliger pour pouvoir proposer une vidéo qui soit la plus percutante et la plus parlante possible.

[Cyber Vox, une web série de publicitées pédagogiques conçues par nos soins pour le compte de la société Holiseum]

Elle doit aussi pouvoir toucher le néophyte comme le professionnel par différents niveaux de langages qui se placent entre l’aspect visuel et l’aspect narratif. Car en général, ce genre d’histoire est racontée par les moyens d’une voix off professionnelle qui saura en transmettre l’essence avec le ton idéal.

C’est par ailleurs une vidéo particulièrement créative, souvent très rattachée au milieu du motion design et de l’animation, qui permettra de donner de la visibilité qualitative par son côté divertissement travaillé. Attention cependant à ne pas tomber dans le storytelling (les hybrides publicités/court métrage). Les informations doivent être documentées et vérifiées, vous engagez votre image de marque en affirmant telle ou telle notion. Le postulat de base ne doit pas partir d’un point de vue, ou de fiction pure. Il s’agit de faits, concrets, réels, narrés par le filage d’une histoire adaptée afin de transmettre et d’informer en passant par les voies du plaisir et de l’intelligence. Les deux créneaux essentiels pour éveiller l’intérêt et provoquer une action.