Réfléchir un projet vidéo dans ses grosses lignes n’est pas aussi compliqué que ça en a l’air. Je vous vois venir : de toute façon, vous pouvez partir du principe que si vous vous adressez à des professionnels, vous serez guidés tout au long du processus de création pour prendre les bonnes décisions.

Oui, certes. Mais même en étant bien entouré et conseillé, il faut pourtant être capable de définir précisément son projet. Et cela pour deux raisons primordiales :

  • Ne pas perdre de vue vos objectifs / les raisons qui vous poussent à faire une ou plusieurs vidéos.
  • Pouvoir expliquer clairement à votre prestataire ce que vous souhaitez faire.

Alors par quoi on commence ? Quels sont les premiers points fondamentaux de toute création vidéo ?

C’est très simple : c’est exactement les mêmes que pour tout projet marketing. Il faut pouvoir répondre à ces trois questions essentielles :

=> QUEL EST LE MESSAGE ?

Donner une image plus jeune à la boite, faire découvrir un nouveau domaine de compétence, fidéliser les clients actuels, donner de la crédibilité à vos ouvrages, vendre un produit en particulier …. Les raisons possibles sont infinies. Mais pour que le message passe, il en faut un, et un seul, qui fasse office de ligne directrice principale.

Vous pourriez être tentés de dire par exemple : « Je veux vendre un produit ET rendre l’image de mon entreprise plus jeune ». Si l’idée est de vendre un certain produit qui rajeunira l’image de votre marque, la finalité n’est donc pas de vendre le produit en lui-même, mais de rajeunir la marque. Et ensuite proposer différents produits qui répondront aux besoins d’une cible plus présente sur les marchés actuels. Il faut arriver à bien déterminer cet axe principal auquel votre vidéo devra répondre.

Il sera évidemment toujours possible d’y ajouter des axes / contraintes secondaires. On peut souhaiter vendre un produit et se donner une image modernisée. Mais il y a ce qui sera mis en avant par-dessus tout, et ce qui servira de décor, d’univers, de tonalité. Un peu comme un héros et un personnage secondaire. Croyez-moi, quand on sait exactement ce que l’on veut dire, c’est beaucoup plus facile de faire des choix artistiques ou techniques avec l’aide de votre prestataire.

=> QUELLE EST LA CIBLE DE CE MESSAGE ?

Beaucoup de produits ont tendance à vouloir toucher tout le monde à la fois. Mais quand on veut toucher tout le monde, on ne touche personne en particulier. Chaque tranche d’âge, chaque catégorie sociale et plus simplement chaque individu est différent et ne réagira pas de la même manière à un même message, qui plus est dans un même format.

De fait, cette question est intrinsèquement liée à votre objectif (de même que la dernière qui vous attend au bout de ce paragraphe). Si vous voulez rajeunir votre image de marque, il faut potentiellement s’adresser aux plus jeunes. Mais sur quelle tranche d’âge en particulier ? Et dans quelle zone géographique ? On ne s’adresse pas de la même manière à des adolescents qu’à des jeunes cadres dynamiques de 25 ans. Et quitte à vous adressez à plusieurs cibles à la fois, il peut être bon de réfléchir à différents formats plutôt qu’à tenter de généraliser. Gardez en tête que plus votre cible est précise, plus votre vidéo pourra l’impacter.

=> DANS QUEL CANAL DE DIFFUSION DOIT-IL ETRE DIFFUSE ?

D’aucuns répondront illico « Sur internet, évidemment ! ». Oui. Mais non. Et pas seulement.

Pour détailler ces réponses minimalistes scandaleusement vagues, il faut se dire qu’internet n’est pas en soit un format de diffusion. Internet c’est vaste, très vaste. Allez-vous diffuser sur YouTube ? Facebook ? LinkedIn ? Tik-Tok ? ou toute autre interface qu’elle soit principalement de diffusion ou de réseau social ? « Toutes » n’est pas une réponse. Et surtout, toutes, cela n’implique pas le même format, le même ratio d’image, le même débit, le même placement de sous-titres etc … On peut souhaiter plusieurs canaux de diffusions différents, évidemment, mais cela va impacter la conception, les délais de fabrication et le coût. Evidemment, c’est encore une fois intrinsèquement lié au reste. Suivant votre message et votre cible, vous n’irez pas sur les mêmes canaux. Et comme pour le message, quoique dans une moindre mesure, il est aussi important d’en définir un qui soit principal. Celui sur lequel vous misez le plus de résultats.

Quid du « Et pas seulement » dans tout ça ? Et bien, si internet s’impose comme le choix primordial pour y trouver son canal de diffusion, d’autres existent, toutes aussi importantes. La télévision ou le cinéma, évidemment, mais là c’est le portefeuille qui doit suivre. Les salons, les meetings, les conférences également. L’intranet aussi, même si, bon, ok, je chipote un peu pour ce cas pas si éloigné du net que ça. Les DVDs et les clefs USB sont aussi de la partie, même si ce n’est plus très à la mode en tant que produit marketing pour du contenu diffusable. Bref, le choix est large. Et il doit être en lien direct avec votre message et votre cible.

En fait, techniquement, si vous savez ce que vous voulez dire, vous saurez à qui le dire, et sur quel canal. De la première des questions découle le reste. Et de ces trois réponses viendra un dialogue privilégié avec votre prestataire.

« Bonjour, je voudrais vendre un nouveau produit, à destination des 18-24 ans de région parisienne principalement, sous la forme d’une chaîne Youtube, un peu comme des tutos. »

Avec ça, un bon professionnel de la vidéo saura vous proposer différents concepts qui colleront le plus possible à votre image de marque et à vos finances. Et si vous avez des idées plus précises et plus concrètes sur ce que vous voulez à l’image, c’est encore mieux. Rappelez-vous seulement que, si tout est parfaitement réalisable, il faut souvent pouvoir y mette le prix, à moins de réfléchir son projet autrement. Dans tous les cas, ces trois questions et leurs réponses sauront vous guider dans la conception d’une vidéo efficace, quel qu’en soit le budget.