Tribune – Carte de voeux

Ainsi est arrivé le mois de l’accomplissement personnel et de l’automutilation. Le décompte est fini, nouvelle dizaine dans ce millénaire, et nouveaux mensonges à soi-même ; je fumerai moins, je boirai moins, je dépenserai moins… Etrange paradoxe de la nouvelle année, où pour une fois dans ces 365 jours, nous nous souhaitons du moins et non du plus.

Les résolutions de janvier voient rarement février, triste et éphémère vie de ces pensées positives et optimistes, balayées par la grisaille de la mi hiver et la crise de foie de l’épiphanie.

Cependant, malgré les lourdes pertes sur le champ de batailles des idées utopistes, quelques pensées parviennent à se frayer un chemin sur le sentier de l’accomplissement ; ces pensées sont souvent mercantiles et égoïstes (gagner plus, avoir une promotion, finir Super Meat Boy en Dark Mode …), mais elles peuvent être également altruistes, et dénuées d’arrière-pensées malsaines lorsqu’elles sont pour les autres ; une bonne santé, de l’amour et du vin ( j’ai rajouté le dernier point pour que quelqu’un finisse par me le souhaiter).

Après ce tour de bon sentiments entre famille, amis, connaissance, boulanger et postier, une autre part de notre vie vient également nous promettre ( ou en tout cas nous aspirer ) bonheur et volupté : l’entreprise.

S’il est bien un endroit où les désirs du début d’année sont scrutés, c’est bel et bien dans notre lieu de travail ; car en plus des sempiternels vœux de santé et tutti quanti, la première prise de parole de janvier a également plusieurs but : faire le bilan de l’année écoulé, proposer les nouvelles perspectives, rassurer sur l’avenir, et, le plus important de tous, remercier une équipe, qui n’est autre que la clef de voûte de la structure.

Pour ce faire, aucune méthode générale, et aucune obligation : certains postent sur les réseaux sociaux, d’autres envoient un mail, une carte, ou pour les plus grandes entreprises, un discours. Quel est le mieux ? Aucune idée. Chaque entreprise a son mode de fonctionnement, sa relation avec ses employés, son mode de communication. Mais qu’importe la méthode, il y a quelques constantes : un message de bonne année de la direction doit être simple, efficace, rassurant, plein de promesses, et surtout reconnaissant. Pas besoin d’écrire une page de texte sans humour pour ça…

Nous, à Tribann Productions, on a décidé de faire un texte qui parle de comment faire des vœux, afin de vous présenter les nôtres. Et pour que vous soyez surpris, nous vous l’envoyons fin janvier. Après tout le monde.

Alors, pour sans doute la dernière fois de 2020, Tribann Productions vous souhaite, sincèrement et sans arrières pensées, une excellente année, et nos meilleurs vœux. Et du vin.

@Kévin Royant